Soutenons ceux qui sont sous la botte et sous  la terreur d'une dictature

SOUTIENS

Certains peuples sont sous l'oppression et la dictature comme nos parents ou grands-parents l'ont été.
L'action de la résistance intérieure et celle du général de Gaulle à l'extérieur n'auraient pas abouti à la libération si de nombreux et puissants pays comme les U.S.A, le Canada, l'Australie, la Grande-Bretagne, etc.. ne nous avaient pas apporté leur aide et leur soutien.

C'est pourquoi nous devons aider ces peuples opprimés.

Certaines associations et mouvements se sont engagés dans cette lutte.

Ils peuvent utiliser le lien de ce site qui fait l'éloge de la Résistance à l'envahisseur à l'oppression et au totalitarisme, et de tous ceux qui se sont battus pour que soit rétablie la liberté.



D'autres, dans ce pays même, sont en butte à des pressions inadmissibles issues d'une pensée unique et contraignante, s'apparentant à du totalitarisme: cette rubrique leur est ouverte.
Nous nous devons de défendre notre démocratie, nos valeurs morales,nos enfants,notre pays et son histoire.

ACCUEIL

CE SITE SOUTIENS "ENSEMBLE POUR UNE VACCINATION LIBRE"

Mon père, Georges Caussanel, ayant travaillé après la guerre pour la "Santé publique" a toujours refusé que je sois vacciné par le B.C.G (que maintes fois on a voulu m'injecter de force, alors que j'étais immunisé,  ayant eu 2 attaques de tuberculose auxquelles j'avais survécu - les médecins vaccinateurs étant tout à fait au courant).

Il avait constaté que de nombreux enfants vaccinés étaient devenus tuberculeux (soit par le vaccin lui même, soit par son inefficacité).

Cette dictature vaccinale sous prétexte de santé publique est intolérable dans un pays dit démocratique; elle ne respecte pas le droit de la personne  en ce qui concerne sa propre santé.

ci dessous, lien à consulter
Ensemble pour une vaccination libre

Des députés demandent un moratoire sur l'obligation de 11 vaccins

Extrait du Figaro du 02/10/2017
Vaccins obligatoires: des députés demandent un "moratoire"

DICTATURE VACCINALE, MEPRIS DES "PATIENTS" qui ne le sont plus,PAR LA MINISTRE et tous ses experts qui nous racontent des sornettes! 

(Ci-dessous,Lettre du) Professeur JOYEUX, (en bref: professeur de cancérologie, membre de l'académie nationale de chirurgie, chevalier de la légion d'honneur pour services rendus, prix" Lacassagne" de cancérologie) qu'on voudrait nous faire prendre (par le biais du Conseil de l'Ordre, aux ordres) pour un "charlatan" médicalement inculte et "dangereux" (comme tout ceux qui voudraient s'opposer à leur toute puissance et à leurs diktats.)
Nous, la population de ce pays, le "vulgum pecus", encore plus incultes (à leurs yeux), et méprisés par ces soi-disant "élites" dévoyés, (qui nous parlent avec componction de "santé publique" pour nous contraindre à utiliser certains de leurs "bouillons de sorcière" frelatés), n'ayant évidemment pas notre mot à dire!

A part que les scandales s'enchaînent: le dernier en date, le Lévothyrox, ou l'on s'aperçoit de l'incommensurable mépris de la ministre de la "santé" vis à vis de personnes en souffrance, et aussi que seule, une pression populaire (c'est à dire de gens comme vous et moi, et je tiens à préciser, puisqu'il le faut, que le terme "populaire" est employé ici dans son sens originel et n'a aucune connotation politique) forte et puissante peut créer une "contre pression "et permettre de nous faire entendre.
lettre du Pr JOYEUX du 07/10/2017
Après le sang contaminé au virus du Sida, les vaccins "contaminés" à l'Aluminium
Deux scandales sanitaires

Le premier, scandale de profits et de négligences.
Il a touché des innocents, contaminés par le sang de donneurs contenant le virus du Sida. Beaucoup sont morts, d'autres sont fragilisés à vie par les traitements nécessaires pour neutraliser le virus.

Le deuxième scandale est à venir.
Motivé vraiment par le seul profit, faussement justifié par la peur que l'on diffuse auprès de parents avec les maladies infantiles, bénignes pour des enfants en bonne santé.

Il est lié à l'addition d'Aluminium.

L'aluminium est ajouté dans les vaccins pour stimuler en les irritant les défenses immunitaires du nourrisson, qui ne sont pas matures avant 18 à 24 mois.

On veut ainsi injecter de gré ou de force 11 vaccins dès la 6ème semaine de vie et sur les 6 premiers mois avec les rappels qui s'ensuivent, sans vérifier si l'enfant en a vraiment besoin !

On peut ainsi déclencher de véritables orages immunitaires …


L'adjuvant aluminique, dangereux et inutile, est présent dans 60% des vaccins.
Il est surtout destiné à vacciner de plus en plus tôt les nouveau-nés. Injecté sous la peau et dans le muscle, l'aluminium est biopersistant : une partie reste sur place, l'autre diffuse vers les os en les fragilisant, les reins et le cerveau, responsable d'Alzheimer précoce et de dégâts immunitaires à plus ou moins long terme.

Cet adjuvant aluminique a été retiré des vaccins vétérinaires il y a 3 ans pour cause de cancers très graves chez l'animal : sarcomes des os, des cartilages, des muscles. Je demande en tant que cancérologue qu'il soit recherché dans tous les cas de sarcomes des membres de nos enfants et petits enfants. Les vaccinations abusives pourraient être en cause.

Il est désormais démontré que l'adjuvant aluminique n'a rien à faire dans notre corps quel que soit l'âge, d'autant plus qu'avec les 11 vaccins obligatoires le nourrisson recevra au moins 3mg de ce métal dangereux sous sa peau et dans le muscle, dont environ la moitié seulement reste sur place, créant une forte irritation sur place.

Les travaux scientifiques de mon collègue le Pr Romain Gherardi démontrant la toxicité de l'Aluminium, avec la myofasciite à macrophages, sont incontestables. C'est une importante découverte largement publiée au niveau international, malgré de puissants obstacles et pressions, relatés dans son livre Toxic Story (édition Actes Sud dirigée par la ministre de la culture) pour alerter le grand public.

Ces travaux sont nobélisables, car ils visent la santé de millions d'enfants qui naissent chaque année dans le monde. L'université de Créteil et l'Inserm devraient les promouvoir, parce qu'ils apportent la preuve que les vaccins ”contaminés” par l'Aluminium sont dangereux dans l'immédiat et plus encore dans l'avenir pour les enfants, sans que l'on puisse savoir lesquels seront atteints.


Les vaccins contenant l'Aluminium doivent être refusés par les familles avec obstination.
Les 11 vaccins obligatoires sont logiquement de plus en plus contestés et à juste raison, sauf par des collègues français ou étrangers endoctrinés par les discours des fabricants. Les grands laboratoires pharmaceutiques qui distribuent les vaccins pour le monde entier, ne reconnaissent aucun danger aux vaccins aluminiques qu'ils ont en stock à écouler, et manipulent les journalistes médiatiques qui répètent partout que ne pas vacciner est un ”crime contre l'humanité”. Ils veulent les imposer, vendre, à l'Etat et aux familles, en stimulant la peur, au mépris des conséquences de cette intoxication sournoise.


Les responsables de ces scandales sanitaires ne sont pas les ministres
Les ministres sont débordés de rendez-vous médiatiques, de demandes permanentes de lobbies qui ne défendent que leurs intérêts. Ils reçoivent des notes qu'ils ont à peine le temps de lire et des conseils d'experts liés de près ou de loin, directement ou indirectement aux fabricants de vaccins.

Ils sont sans cesse dans l'urgence et n'ont pas le temps de prendre du recul sur les évènements ni d'écouter le grand public, de plus en plus compétent scientifiquement, de plus en plus inquiet, et qui pose les bonnes questions.

De nombreuses pétitions rassemblant des millions de personnes réclament le retour au DTP sans aluminium. L'Etat doit arrêter de faire la sourde oreille.

Des députés de tous bords alertés commencent à comprendre la situation. N'hésitez pas à joindre celui de votre lieu de résidence pour le tenir au courant de ce scandale sanitaire à venir dont il ne peut être complice.

Le Président de la République lui même, à juste raison, a demandé à ses ministres de faire attention aux conseillers qui se veulent indispensables et qui « infiltrent » les ministères.

La ministre Agnès Buzyn est capable de reculer, si elle mesure les dangers réels d'imposer les 11 vaccinations en se méfiant de ses conseillers.

Sur le Levothyrox, d'abord inconsciente des dangers du nouveau médicament, car trompée par les ”experts”, elle a vite changé d'avis face aux plaintes des patients, plus de 9 000 signalements adressés à l'Agence du médicament. Le retour à l'ancien Levothyrox est acquis, reste à voir qui en a vraiment besoin.


Les vaccins utiles et nécessaires : certainement pas les 11 !
Personnellement contrairement à ce qui a été dit par l'ancienne ministre de la santé et diffusé par des médias incompétents, je n'ai jamais été contre les vaccins, mais contre les abus et les excès.

Je ne suis qu'un lanceur d'alerte, professeur de cancérologie, toujours actif au service des malades et des familles, parfaitement au courant des capacités immunitaires et des traitements immunologiques à tous les âges de la vie.


Le DTP sans Aluminium contre Diphtérie-Tétanos-Polio est sans danger

Des millions de personnes réclament à cor et à cris le retour au vaccin DTP sans ALUMINIUM qui a existé et a démontré son efficacité. La sagesse de la loi l'imposait avant 18 mois ce qui est juste scientifiquement.


Parmi les 11 qui deviendraient obligatoire en plus des 3 précédents
Le vaccin contre l'hépatite B (non épidémique) n'est nécessaire que pour les professions ou situations à risque, le personnel médical et des urgences (pompiers, militaires..), mais inutile et dangereux pour les enfants et a fortiori les nourrissons. L'imposer sous forme Hexavalente avec 5 autres maladies, pour être admis à la crèche et dans d'autres collectivités, est abusif et dangereux pour l'avenir de l'enfant. La justice a, à plusieurs reprises, reconnu dans des cas précis ses relations avec la sclérose en plaques. Le ministre de la santé Bernard Kouchner a eu le courage de le retirer des écoles après une augmentation de 63% des scléroses en plaques.

Le vaccin contre la coqueluche : il faut savoir que les cas de coqueluche se multiplient même chez les personnes vaccinées. Prudent et orienté vers l'avenir, le laboratoire DBV Technologies développe un patch vaccinal contre la coqueluche sans le moindre adjuvant. Attendons les études scientifiques pour savoir ce qu'il faut en penser.

Le ROR contre Rougeole-Oreillons-Rubéole : ce vaccin contient des virus vivants atténués, mais pas d'Aluminium. Il n'a de justification qu'en période épidémique et pas avant 9 mois. Ce vaccin augmente de près de 4 fois les troubles immunitaires avec en particulier les risques de chute du nombre des plaquettes et de purpura (taches sanguines sur la peau). Il est aussi suspecté de déclencher des troubles psychomoteurs, y compris autistiques. Un enfant qui développe une rougeole est immunisé à vie.

Les vaccins contre Pneumocoques : Prévenar 13 contient de l'Aluminium et Pneumo 23 sans aluminium, n'est pas conseillé avant 2 ans, car avant 2 ans la réponse en anticorps peut être faible.

Les vaccins contre les Méningocoques, sont à éviter chez les nourrissons car ils contiennent tous de l'Aluminium, sauf en cas d'épidémies réelles où on ne peut faire autrement.

Attention aux vaccins que l'on cherche à imposer en plus
Les deux vaccins contre les papillomas virus (non épidémiques) responsables de cancers de l'utérus et de la zone ORL ne sont utiles que chez un petit nombre de personnes à risques que tout médecin peut identifier dans le cadre d'une consultation et du secret médical. Les laboratoires cherchent à l'imposer dès le CM2 ou en 6ème pour filles et garçons !

Le vaccin contre la grippe (épidémique) est nécessaire chez les personnes fragiles quel que soit l'âge, en particulier chez les personnes âgées en mauvais état de santé (bronchopneumopathie, pathologies chroniques..). Ils ne contiennent pas d'Aluminium.

Les contre-indications vaccinales que tout médecin doit connaître
1- Les déficits immunitaires congénitaux ou acquis.


2- Les enfants nés de mère VIH séropositive (Sida). Car le passage naturel des anticorps maternels de type Immunoglobuline G à travers le placenta rend ininterprétable la sérologie de l'enfant jusqu'à 9-10 mois environ (la persistance des anticorps maternels a été détectée jusqu'à 14 mois).

En effet le système immunitaire de l'enfant peut rejeter les anticorps contre le VIH de sa mère passés dans son sang, le virus lui même n'étant pas passé. Ce sont les seuls cas connus, chez le nouveau né, de négativation de la séropositivité au virus du Sida. 

Rappelons qu'en Afrique on recommande l'allaitement maternel même si la mère est porteuse du virus.

3- Les allergies à l'antibiotique néomycine ou à tout autre constituant du vaccin, tel le sorbitol en cas d'intolérance au fructose_.

4- Une fièvre ou une maladie aiguë.

5- Un risque connu de réaction anaphylactique du fait de piqures d'insectes ou d'allergie alimentaire certaine. Elles sont de plus en plus nombreuses.

6- Des antécédents d'allergie aux protéines de l'œuf.

7- Les enfants ayant reçu des gammaglobulines, une transfusion sanguine : la vaccination devra être repoussée d'au moins 3 mois, en raison du risque d'échec vaccinal dû aux anticorps dirigés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole acquis de façon passive.

Trois précautions majeures à rappeler


Ne jamais injecter dans un vaisseau.

Risque d'anergie (pas de réaction immunologique) qui peut durer 4 à 6 semaines, si le test tuberculinique est réalisé après vaccination ROR.

Administration simultanée possible mais en 2 sites séparés : Hexavalent et ROR.

Un gaspillage ahurissant qui fait suite à celui de la vaccination contre H1N1 de Mme Bachelot
Offrir le vaccin contre la grippe à 10 millions de personnes de plus de 65 ans est du gaspillage, s'élevant à un demi-milliard d'euros. L'éradication de la grippe est une illusion. On ne meurt pas de la grippe, mais de vieillesse ou d'une autre maladie grave.

Le coût des 11 vaccins (qui peuvent être eux-mêmes discutables) atteint tout compris 2 milliards d'Euros : prix des vaccins 146 E/personne + les rappels + les consultations médicales + la vaccination par personnel compétent.

A un moment où le gouvernement cherche à faire des économies, de tels gaspillages ne sont plus tolérables.

Le conseil à donner aux familles est de n'accepter en aucun cas les vaccins contenant l'adjuvant Aluminium. Les pharmaciens doivent les renvoyer aux fabricants.


Résistance et Réconciliation : seul le médecin référent explique et décide avec les parents
La ministre a déclaré qu'elle supprimerait les sanctions faites aux familles récalcitrantes, mais mettrait en place une loi pour que ce soit les enfants qui fassent un procès à leurs parents en cas de maladies dues à la non vaccination.

Grave incohérence que de faire un tel précédent, madame la ministre !

Voulez-vous augmenter les coûts déjà élevés des assurances en suivant les avis de vos conseillers experts en ce domaine ?

Voulez-vous donc faire de même avec les fumeurs qui développent un cancer du poumon ou avec ceux qui attrapent le sida sans utiliser de préservatif ?

Les contre-indications médicales aux vaccins sont nombreuses, et doivent être prises en compte par le médecin en accord avec la famille.

Comme l'a précisé une député de la majorité présidentielle, « Ce sujet (les 11 vaccins) n'a jamais figuré en tant que tel dans le programme d'Emmanuel Macron » et même pas dans celui de son prédécesseur.

Il y a urgence d'empêcher la loi qui rendrait obligatoire ces 11 vaccins.

La résistance devient de plus en plus nécessaire face à un gouvernement qui ne peut rester sourd aux millions de familles inquiètes et réticentes.

N'hésitez pas à faire circuler et signer la pétition déjà soutenue par près d'1 130 000 personnes.

http://petition.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/index

La santé de nos enfants et petits enfants est entre vos mains et celles des vos médecins. 

Pr Henri Joyeux "

Soutiens Pr Henri JOYEUX et Liberté des Vaccinations



Ce site défend le professeur Joyeux, médecin intègre, attaqué pour des motifs qui n'ont rien à voir avec la " santé publique ".
Il est à noter que le Conseil de l'Ordre des Médecins est un organisme issu de la collaboration et du régime de Vichy, dont l'attitude durant la guerre a été mise en cause par rapport  à l'exclusion des médecins juifs et à la levée du secret médical concernant les résistants blessés (ce qui consistait à les dénoncer aux nazis)  et qui impose maintenant une dictature vaccinale, sous prétexte de santé publique, inadmissible dans un pays démocratique comme le nôtre.

Tous ceux qui ne sont pas d'accord avec ses choix (liés à certains intérêts particuliers) et soutenus par les ministres de la "santé" successifs, sont impitoyablement radiés (la liste est très longue, non pas de "charlatans", mais de médecins et de professeurs de médecine, souvent de renommée internationale. D'ailleurs plusieurs ouvrages existent ou on trouve de nombreux noms, par exemple : " Savants maudits, chercheurs exclus " de Pierre Lance, entre autres.

Quant aux citoyens que nous sommes qui choisiraient de ne pas faire vacciner leurs enfants, ils s'exposent à des peines très lourdes et totalement indéfendables, et sont considérés comme des criminels, subissant des pressions importantes et des menaces intolérables, ainsi que les médecins de famille qui voudraient invoquer certaines contre-indications (ils sont immédiatement recadrés et reçoivent des lettres de menace de radiation).

Une vraie dictature (mais il est vrai qu'à ce niveau, cet organisme a quelques antécédents).

Curieusement on n'entend plus le Conseil de l'ordre, pas plus que la ministre de la " santé " lorsque éclatent les scandales que l'on essaie d'étouffer à tout prix : au hasard, Médiator, Distilbène,  Viox, Glifanan, di-Antalvic, maintenant Levothyrox etc…. la liste est très, très longue, les effets secondaires dévastateurs….

Mais les actionnaires des labos se portent bien !....
Vous avez dit "santé publique" !...

Notre gouvernement est un des derniers d'Europe à  imposer une vaccination multiple, demandons-nous  pourquoi ! 
On peut se rappeler la campagne soigneusement orchestrée  pour la vaccination de la grippe H1N1 en 2009 et le scandale qui a suivi pour la bagatelle de près de 400 millions d'euros, jeté aux orties par l'état…mais pas perdus pour les labos !

Le professeur Joyeux attaqué honteusement, à qui la ministre reprocherait des points de vue " rétrogrades " sur des sujets de société…qui n'ont rien à voir avec la médecine(ce qui montre l'objectivité de la ministre), est " viré " parce qu'il n'est pas d'accord avec la pensée unique politique (de gauche bien sûr)  et la pensée unique médicale (du Conseil de l'ordre).
D'autre part, la ministre bafoue l'opinion publique en ne tenant pas compte de l'avis (sinon, contrainte et forcée, par un vague rappel à l'ordre aux laboratoires) de plus d'un million de citoyens.
Il s'agit bien d'une dictature, installée depuis longtemps et qui montre son vrai visage.

Et merci à Sophie Marceau de soutenir le professeur Joyeux, c'est tout à son honneur !

Et quand on entend dire que le Pr Joyeux serait d'extrême droite (c'est bien là le discours officiel actuel: si vous n'êtes pas d'accord avec nous, vous êtes fasciste), on croit rêver….regardons les fondements de l'organisme qui prétend le juger…-là était l'extrême droite collaborationniste…et cet organisme, le Conseil de l'ordre des médecins, aurait dû être dissous à la libération, comme la plupart des organismes de la collaboration l'ont été!

"C'est la raison scientifique qui est attaquée, ainsi que la liberté de pensée, la liberté d'expression, et le devoir des médecins d'alerter les patients en cas de danger".(J.M Dupuis -Santé Nature Innovation- 19/07/2016)

A ce stade, ce n'est plus une question de vaccin, ni même de médecine, c'EST une question de résistance à une forme de dictature qui risque de perdurer, si nous ne faisons rien. "

Le "BIEN PENSER MEDICAL".....

Méfiez-vous du BPMN…
Chère amie, cher ami,

Lorsque j'étais jeune médecin, je voyais autour de moi des confrères passionnés par leur métier, fiers de l'exercer avec toute la liberté que leur conféraient le système de santé et les réglementations.

Tant qu'aucune thérapeutique dangereuse ou trop risquée n'était mise en œuvre, les " autorités " nous fichaient une paix royale.

Les choses ont bien changé depuis, y compris la notion de danger.
Ces grands principes qui paralysent tout
Avec l'exacerbation du principe dit " de précaution " qui vire parfois au " principe d'immobilisme ", la créativité, la liberté et le champ des possibles ont insidieusement diminué.

C'est ce que j'appelle le " bien penser médical " ou le " bien penser médico-nutritionnel " (BPMN).

Si je vous en parle, c'est que ce BPMN fait des ravages depuis une vingtaine d'années.

Les quelques exemples qui suivent en disent long sur cette tendance qui ronge notre système de santé.

Il y a quelques années encore, nous étions nombreux à proposer des procédés thérapeutiques sans danger à condition d'être exercés avec toute la prudence et les connaissances requises.

Je pense par exemple à la " neuralthérapie [1] " (injection d'une petite dose dans les cicatrices et les foyers inflammatoires d'anesthésiques locaux dérivés de la xylocaïne pour lever certains barrages et beaucoup de douleurs), ou à certaines formes d'ostéopathie aujourd'hui interdites.

Beaucoup avaient aussi recours à l'isothérapie ou l'auto-isothérapie qui consistaient à utiliser des dilutions homéopathiques, en échelle croissante, de toxiques de l'environnement ou de ses propres excrétions (urine, selles, salive…) et bien d'autres encore…

À ce propos, je me souviens encore de ce week-end à la montagne. Nous étions dans un joli chalet, complètement isolés par la neige. Cela aurait été le paradis, mais j'étais plié en deux par la douleur, et je vomissais tripes et boyaux. Pour me soigner, le confrère avec qui j'étais m'avait préparé par dilutions successives ce qu'il appelait un " bouillon de poule " dilué et dynamisé. L'odeur de son étonnante potion était abominable. " Ce devait être une bien vieille poule ", lui avais-je dit.

J'avoue avoir grimacé en avalant ce breuvage. Mais peu importe, il m'a remis d'aplomb !

Pourquoi se priver de ces pratiques quand les thérapies " conventionnelles " ont échouées ou ne sont pas accessibles ? Pourquoi s'en priver quand elles peuvent sauver ? Demandez-donc leur avis aux patients !
Les pharmacies victimes du diktat des labos
Il y a quelques dizaines d'années, nos pharmacies étaient aussi beaucoup plus intéressantes, beaucoup plus riches. On trouvait dans les officines de nombreuses souches de plantes (phytothérapie) ou de minéraux qui ont disparu depuis.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les grands laboratoires qui les distribuaient ont jugé que leur rentabilité n'était pas suffisante.

De la même manière, l'organothérapie [2] (dilution homéopathique de produits animaux) a été largement attaquée puis réduite à sa plus simple expression sous prétexte de danger liés aux prions [3], alors qu'aux dilutions et avec les procédés de filtration proposés, leur présence était tout simplement impossible. Mais le " principe de précaution " a encore frappé !
Les pratiques innovantes victimes de procès en charlatanisme !
L'ozonothérapie (cure d'ozone encore largement exercée en Allemagne) a été considérée comme dangereuse puis interdite alors qu'elle représentait un puissant moyen de lutter contre les infections. Elle permettait également à l'organisme d'éliminer les toxiques et d'augmenter ses capacités immunitaires.

Je ne vais pas parler ici des thérapies de chélation par intraveineuses (IV)…

Et que dire des thérapies par les sons, les couleurs, le mouvement (art thérapie, eurythmie) qui ont conduit bon nombre de médecins devant les tribunaux ordinaux pour " pratique charlatanesque "…

De purs procès d'intention alors même que personne ne s'est jamais plaint de ces pratiques innovantes, en dehors de " confrères bien intentionnés ".

La " médecine anthroposophique ", qui utilise des dilutions homéopathiques, est tout juste tolérée parce que les indications proviennent des raisonnements philosophiques du fondateur de l'Anthroposophie, Rudolf Steiner [4]. Elle a longtemps été considérée comme une médecine charlatanesque dérivant d'une secte et cela a également conduit des confrères à devoir en répondre devant les tribunaux ordinaux (instances des professions de santé).

Même punition pour certains confrères qui préconisaient du gui fermenté (Viscum album) en traitement d'appoint de certains cancers. Pourtant, ceux qui le conseillaient ne reniaient ni n'entravaient les thérapies dites traditionnelles…

On pourrait multiplier les exemples à foison.
Une frilosité qui freine tout progrès médical
Ce fameux " principe de précaution " ne constituerait-il pas, sous prétexte de précaution sanitaire, un véritable frein à l'évolution de la pratique médicale ? Et au-delà, au progrès ?

On pourrait écrire des pages entières sur ce sujet qui reste d'actualité. En attendant je vous propose de vous référer à quelques liens [5] qui vous permettront de commencer à vous forger votre propre opinion.

Ce principe de précaution est d'ailleurs considéré par certains (et pas des moindres), comme un " principe de perversité " [6].

Quant à " l'Evidence Based Medecine " ou " Médecine Fondée sur les Preuves ", elle divise autant que le principe de précaution. C'est dire à quel point les " preuves irréfutables " sont fragiles. Souvenez-vous d'ailleurs de ce que déclarait Albert Einstein : " Je n'ai pas fait une seule de mes découvertes par un processus de pensée rationnelle ". Et il aurait ajouté : " Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé ! ".

C'est pour cette raison que les idées neuves en médecine (et ailleurs) mettent souvent des années, parfois des dizaines d'années à s'imposer [7].
De grands médecins traités comme de vulgaires voyous
Il ne faut donc s'offusquer ni des polémiques ni des insultes.

Le Pr Joyeux et d'autres sont bien placés pour le confirmer. Mais les insultes publiques ne sont jamais ni agréables ni faciles à supporter : tout dépend des caractères !

Certains voient leur vie complètement gâchée par ces attaques.

Je me souviens très bien d'un confrère et ami, cancérologue et sublime chanteur lyrique. Il a fini par s'expatrier à San Marin après avoir fait la " Une " d'un grand journal méditerranéen et… quelques jours de prison.

Qu'avait-il fait pour mériter cela ? Il avait simplement préconisé des thérapies complémentaires dans le cadre du traitement du cancer qui, certes, n'étaient peut-être pas toutes vérifiées ou vérifiables (par les approches scientifiques de l'époque) mais sans danger.

Je me rappelle le ton offusqué d'une ex-ministre de la Santé que j'avais visiblement dérangée à l'heure du café à son sujet. Elle me répondit : " N'ayez crainte, si votre ami est intègre, nous sommes dans un Etat de droit, il ne risque rien ".

Quelques jours après, il était menotté et écroué. Comme un bandit de grand chemin.

Il aura fallu attendre très longtemps pour trouver quelques lignes bien cachées, publiées en bas de page du même quotidien qui l'avait insulté : mon confrère était finalement blanchi de tout soupçon.

Mais le mal était fait. Et il n'est jamais revenu exercer en France.

Il n'est pas question, du moins pour moi, de prendre parti dans ces affaires comme dans celle du Pr Solomides, du Dr Gernez ou du Pr Beljanski, et plus près de nous du Dr Jacques Benveniste *que l'on tenta de faire passer pour un charlatan après avoir publié, puis retiré, ses articles dans la revue internationale " Sciences "… Il avait eu le tort de s'intéresser à la

mémoire de l'eau, ce qui donnait un commencement d'explication scientifique au mécanisme d'action de la médecine homéopathique.
Une vraie omerta sur les sujets qui sortent du cadre
Il ne suffit d'ailleurs pas d'être prix Nobel de médecine et physiologie, comme ce fut le cas de Luc Montagnier en 2008, pour être à l'abri des bassesses et des insultes. 

Il a eu le tort de reprendre, avec les moyens actuels de la science, les travaux de Benveniste, de les compléter et de les amplifier. En 2012, quarante-quatre " confrères prix Nobel " ne se privèrent pas, dans une publication, de lui faire un quasi procès en sorcellerie [8].

Est-ce la raison pour laquelle, aujourd'hui encore, il a beaucoup de mal à trouver des financements pour ses recherches ?

Un excellent film documentaire a été diffusé en 2014 (sur France 5) sur les travaux actuels du Pr Montagnier. Même ce documentaire a provoqué de vives polémiques.

Il est très curieux de constater qu'avec le " bien penser " ambiant, certains sujets semblent tabous et dangereux pour celui qui ose les mettre en avant. On a l'impression de ne même pas avoir droit (quand on est professionnel de santé) de se poser certaines questions, encore moins de mettre le débat sur la " place publique ".

Il en est ainsi des vaccinations, de la mémoire de l'eau, de l'homéopathie, parfois même des intolérances alimentaires… Dès que l'on aborde ce type de sujet, on passe au mieux pour un gâteux sans importance, au pire pour un négationniste de la sacro-sainte vérité scientifique.

N'est-ce pas pourtant l'Etat français, les autorités nationales de santé qui nièrent que le nuage de Tchernobyl avait survolé la France, comme elles ont nié pendant de longues années les effets de l'amiante, comme elles continuent de nier l'incidence sur la santé de la pollution des rivières et des nappes phréatiques, la gestion de plus en plus tendue des hôpitaux publics, le burn-out des personnels et soignants, etc. ?
Deux vérités à dire malgré tout
Parmi ces vérités qu'il faut taire, il y en a au moins deux que le groupe Chronimed que j'ai fondé dénonce depuis des années :
"                La compréhension de l'autisme [9] et les troubles envahissants du développement (TED).
Il y a peu, seuls les psychiatres étaient " officiellement " compétents et on en trouvait encore pour culpabiliser les mères d'enfants malades à propos des TED. Aujourd'hui, on devrait quand même être en droit de se poser des questions à propos de ces troubles et même de l'électrosensibilité [10] : mauvais calendrier vaccinal, adjuvants dans les vaccins, problèmes d'environnement ou de pollution, qu'il s'agisse de métaux, d'autres substances ou même des ondes électromagnétiques comme le prétend le professeur de cancérologie Dominique Belpomme, membre de plusieurs sociétés savantes internationales et président de l'ARTAC [11] ?
"                Parmi ces autres " tabous " figurent les maladies chroniques inapparentes dites " infections froides ", dont j'ai donné la définition dans un de mes derniers livres [12]. Il s'agit en fait de certaines formes microbiennes qui peuvent rester " silencieuses " dans l'organisme pendant des années et se réveiller un jour, si le système immunitaire s'affaiblit. Elles déclenchent alors des pathologies qui peuvent devenir chroniques.
L'incroyable silence de l'Etat sur la maladie de Lyme
Parmi ces " infections froides ", il en est une qui fait couler beaucoup d'encre : la maladie de Lyme.

On le sait, elle est transmise par les tiques qui nous inoculent leurs germes, dans ce cas les borrelies. Je ne rentrerai pas dans le détail de ce sujet, mais là encore, il faut signaler à la fois la méfiance et la lenteur des autorités de santé qui, tout en promettant force commissions et décrets, font tout ce qu'elles peuvent pour freiner les publications et travaux sur le sujet.
Comment expliquer l'absence totale de politique de prévention publique [13] ?
Qui connaît, en France, le véritable danger des tiques et autres parasites susceptibles de transmettre ces " infections froides " qui peuvent toucher les articulations et le système nerveux avec comme conséquence un handicap important et une nécessité de traitement précoce, complexe et lourd ?

Bien au contraire, comme pour Tchernobyl, on nie, et on ne se contente pas de nier : on fait passer les malades pour de doux dingues et la maladie comme rarissime (le journal Le Monde recensait en 2013 pas moins de 15 000 cas). On fait aussi bien sûr passer pour de dangereux charlatans les médecins qui essayent de prendre en charge ces patients !
Ne jamais baisser les bras face à la bien-pensance médicale
Heureusement, quelques associations [14] (pardonnez-moi, si j'en oublie) et leurs avocats essayent d'inverser le processus. Mais c'est extrêmement difficile et lent.

Il faut bien, pour conclure, constater que si le " bien penser " a encore de beaux jours devant lui, nous sommes de plus en plus nombreux, patients, impatients voulant se prévenir activement, et médecins, à vouloir lui rendre la vie de plus en plus difficile.

Méfiez-vous donc du BPMN !


Docteur Dominique Rueff
*** Et tant d'autres médecins (Docteurs en médecines ou Professeurs, traités de charlatans et radiés)

.

CE SITE SOUTIENT LA PETITION CONTRE LE PROGRAMME D'EDUCATION SEXUELLE DEVOYE ET DOCTRINAIRE QUE LE MINISTERE DE L' EDUCATION NATIONALE ET LE MINISTERE DE "LA SANTE" VEULENT IMPOSER A NOS ENFANTS.

au mépris de l'éducation familiale et de l'intimité des enfants et dans la droite ligne des pratiques "soixante-huitardes".

Ces pratiques s'apparentent à des incitations malsaines que devraient diffuser des enseignants sans qu'eux mêmes et les parents n'aient leur mot à dire!...
Un totalitarisme doctrinaire supplémentaire qui par le biais de l'école et avec l'aval de l'état essaieraient de formater les enfants dès leur plus jeune âge à des façons de penser et des pratiques déviantes!...

Enfin des professionnels de santé parlent: tous les parents qui souhaitent le bien de leurs enfants doivent regarder la video ci jointe du professeur Berger, pédopsychiatre

Maurice Berger - Pédopsychiatre - Alerte sur "l'éducation sexuelle" des enfants 
PETITION STOP A LA DANGEREUSE
IMPOSTURE DES « DROITS SEXUELS »
ET DE L'« EDUCATION A LA SEXUALITE »


cliquez sur le lien:


PETITION STOP A LA DANGEREUSE IMPOSTURE DES « DROITS SEXUELS » ET DE L’« EDUCATION A LA SEXUALITE » 

INSTITUT POUR LA JUSTICE

Cliquez pour agrandir l'image

Une société sans ordre est une société en voie de décomposition, ou l'anarchie, la violence et les comportements pervers, criminels et antisociaux prennent le dessus.

Il est inadmissible que l'on cherche, très souvent, des excuses aux criminels  alors que les victimes se voient imposer en plus du traumatisme lié à l'agression,un mépris indigne de la part de l'institution judiciaire.

Ce site soutient l'Institut pour la Justice 
INSTITUT POUR LA JUSTICE

FONDATION BRIGITTE BARDOT

Cliquez pour agrandir l'image
Ce site soutient Mme Brigitte Bardot et sa fondation pour sa lutte pour la reconnaissance du statut d'êtres sensibles pour les animaux,  pour l'abolition de la cruauté et pour un traitement digne à leur égard.

"L'homme a peu de chances de cesser d'être un tortionnaire pour l'homme, tant qu'il continuera à apprendre sur l'animal son métier de bourreau."
Marguerite Yourcenar (1903-1987)"

"Le raisonnement justifiant la vivisection, le sacrifice de créatures que nous considérons comme des êtres "inférieurs", diffère peu de celui qui justifie le camp de concentration ou le commerce des esclaves."
Prince Sadruddin Aga Khan , journal The Observer, 16 août 1981.


.






LA LIBERTE EST UN DROIT- VACCINER EST UN CHOIX


MANIFESTATION POUR LA LIBERTE VACCINALE
CONTRE LA DICTATURE DES VACCINS

DIMANCHE 15 OCTOBRE A 14H
Esplanade des Invalides - rue de l'Université- PARIS


.
Cliquez pour agrandir l'image
MANIFESTATION POUR LA LIBERTE VACCINALE
CONTRE LA DICTATURE DES VACCINS

DIMANCHE 15 OCTOBRE A 14H
Place du Capitole - TOULOUSE





































































































































































































































































































.









LE LIVRE QUI NOUS DIT TOUT SUR L'ETAT DE NOTRE JUSTICE

Cliquez pour agrandir l'image
samedi 29 juin 2013, 15:50



Site web créé avec Lauyan TOWebCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : jeudi 12 octobre 2017