Soutenons ceux qui sont sous la botte et sous  la terreur d'une  occupation et d'une dictature



occupé par la Chine depuis 1951, privations de libertés, brutalités, répression, emprisonnements, travaux forcés, exécutions, tortures, pillage des ressources, destruction et pollution de l'environnement, génocide (près  d'1 million de tibétains tués ), destructions culturelles, essai de destruction totale de la civilisation tibétaine

Nous avons supprimé de ce site le lien vers Tibet-info.net qui a été attaqué par un virus destiné à écarter, par cette menace, ceux d'entre nous qui voudraient s'informer de ce qui se passe vraiment au Tibet. Cela ne m'empêche pas d'aller le consulter de temps en temps (avec un bon antivirus-Avast en l'occurrence)
Vous trouverez un extrait de ce site  qui peut être consulté sans aucun problème, dans la rubrique suivante.

La visite du président chinois contestée à Prague

Cliquez pour agrandir l'image
photo web: Reuters

Le président Xi Jimping, menant une politique de répression encore plus dure que son prédécesseur Hu Jintao nommé aussi"le boucher de Lhassa" (suite à la féroce répression  des manifestations des 5 et 6 mars 1989 à Lhassa ou l'armée et la police chinoise tirèrent dans la foule (non armée) et tuèrent plus de 400 personnes, civils et moines) a été fortement contesté lors de sa visite du 28 mars 2016 en république Tchèque.
Une photo géante du dalaï lama en compagnie de l'ancien président, Vaclav Havel a été déployée,ce dernier avait reçu le dalaï lama en dépit des pressions exercées par la Chine communiste et avait préféré l'honneur et la justice à la compromission et à l'argent.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/28/97001-20160328FILWWW00175-visite-contestee-du-president-chinois-a-prague.php

LE TIBET N'EST PAS UNE PARTIE DE LA CHINE

Cliquez pour agrandir l'image
De gauche à droite: secrétaire du DIIR Tenzin Dhardon Sharling, ancien député Mani Shankar Aiyer, Sikyong Dr Lobsang Sangay, activiste et ancien politicien Jaya Jaitly et secrétaire du DIIR Sonam Norbu Dagpo, lors de la publication du rapport complet du CTA sur la situation au Tibet Club de l'Inde, New Delhi, le17 décembre 2016


Central Tibetan Administration - 17 décembre 2016 -
Nouvelles éclair -



From left: DIIR Secretary Ms Tenzin Dhardon Sharling, former MP Mr Mani Shankar Aiyer, Sikyong Dr Lobsang Sangay, activist and former politician Jaya Jaitly and DIIR Secretary Sonam Norbu Dagpo, at the release of CTA's comprehensive report on the situation inside Tibet, at Constitution Club of India, New Delhi, on17 December 2016
De gauche à droite: secrétaire du DIIR Tenzin Dhardon Sharling, ancien député Mani Shankar Aiyer, Sikyong Dr Lobsang Sangay, activiste et ancien politicien Jaya Jaitly et secrétaire du DIIR Sonam Norbu Dagpo, lors de la publication du rapport complet du CTA sur la situation au Tibet Club de l'Inde, New Delhi, le17 décembre 2016
NEW DELHI : L'administration centrale tibétaine a lancé aujourd'hui un rapport intitulé "Le Tibet n'est pas une partie de la Chine, mais la Voie du milieu reste une solution viable". Le rapport phare est le rapport complet du CTA sur la situation à l'intérieur du Tibet sous occupation chinoise et a été publié aujourd'hui en trois langues : tibétain, anglais et chinois. Avec Sikyong Dr Lobsang Sangay, l'ancien diplomate et député Shri Mani Shankar Aiyar assistait à la publication du rapport au Club Constitution de l'Inde, à New Delhi.
Le colonialisme chinois sur le Toit du monde, a été le plus grand désastre que le peuple tibétain a dû affronter depuis des milliers d'années de son histoire. L'occupation a causé non seulement une grande consternation et une grande déception pour le peuple tibétain, mais elle a également entraîné une destruction massive de sa culture, de sa religion et de sa langue à la suite des politiques d'échecs adoptées par le gouvernement chinois. Cependant, malgré plus de cinquante ans de brutalité et de répression chinoises, il reste que la Chine a échoué dans sa tentative de capturer le cœur et l'âme du Tibet. Cela est mis en évidence à travers les manifestations pacifiques que le peuple tibétain a continué à mettre en scène au fil des ans, en particulier avec cette vague de protestations d'auto-immolation qui ont secoué le Tibet et qui depuis 2009 dépassent 145 cas.
Ces évidences indiquent que, contrairement à ce que prétend le gouvernement chinois, le Tibet est loin d'être le paradis socialiste qu'il a promis et demeure l'un des endroits les plus réprimés du monde, plongé dans une série de politiques injustes et cruelles. Piqué par ces protestations et les réactions violentes en retour du gouvernement chinois, le Tibet a une fois de plus commencé à capter l'imagination du monde avec son mouvement non-violent et son approche réaliste de la Voie du milieu pour résoudre la question.
L'Administration centrale tibétaine publie aujourd'hui ce rapport exhaustif intitulé "Le Tibet n'est pas une partie de la Chine, mais la Voie du milieu reste une solution viable".
Le rapport de 107 pages aborde directement les nombreux sujets de préoccupation, en particulier la question fondamentale sur le statut historique du Tibet, la question de la réincarnation à l'égard de Sa Sainteté le Dalaï Lama, la détérioration de la situation environnementale du plateau tibétain et la répression masquant l'urbanisation. Ainsi que le développement économique à l'intérieur du Tibet.
Le rapport illustre également profondément la politique phare de l'Administration centrale tibétaine - l'Approche de la Voie du Milieu pour résoudre la question du Tibet à l'amiable avec la Chine.
Le rapport, décrit comme lisible, informatif et poignant en même temps, est la dernière tentative du CTA d'informer correctement de la situation réelle au Tibet après une période d'au moins sept ans. Le dernier rapport détaillé sur le Tibet "Prouver la vérité à partir des faits" a été publié en 2009 par DIIR.
"En ce qui concerne le gouvernement chinois, la vérité a toujours été une entité malléable, à subvertir et à tordre à volonté pour convenir à son programme. Cependant, ce rapport promet de s'en tenir à la vérité dans sa forme la plus authentique et de déchirer l'obsession pathologique de la Chine avec le contrôle de l'information ", a déclaré Mme Dhardon Sharling, secrétaire d'information du DIIR. "Le rapport rend compte avec éclat des conséquences désastreuses des atrocités de la Chine au Tibet et des tentatives répétées de l'Administration centrale tibétaine pour améliorer la situation par le dialogue", a-t-elle ajouté.
Le rapport comporte également des proclamations audacieuses et expose le contraste saisissant entre le Tibet de la propagande chinoise et le Tibet qui continue de rester - du moins dans l'imagination populaire - une entité distincte de ce que le gouvernement chinois tente de décrire.  "La proposition tibétaine de résoudre la question du Tibet est en étroite collaboration avec les efforts de l'Inde pour résoudre ses différends frontaliers avec la Chine. La vision de Nehru était en parfaite harmonie avec les approches actuelles proposées par Sa Sainteté le Dalaï Lama ", a dit le représentant Indien. Il a également encouragé les Tibétains à poursuivre leurs efforts et a dit qu'il reste optimiste et confiant pour une résolution rapide de la question du Tibet.
"Il est plus facile d'être pessimiste qu'optimiste, mais le fait qu'il y ait un dialogue, donne au mouvement tibétain une certaine stabilité et un progrès", a-t-il souligné. Il a ajouté que l'Inde et le Tibet savent que la Chine n'est pas facile à gérer. "Cependant, nos efforts permettent également à la Chine de savoir que le Tibet et l'Inde ne sont pas non plus des ennemis faciles. Les menaces militaires vides ne fonctionnent plus ", a-t-il dit.
Pour souligner cette souche particulière de la vérité, Sikyong Dr Lobsang Sangay, a déclaré lors de la publication du rapport ce jour : "La Chine a maintes fois fait tous les efforts pour créer une image vierge du Tibet qui est hors de contact avec la réalité. Peu de temps après sa formation en 1949, la République Populaire de Chine a occupé le Tibet sous le couvert de sa "libération". Depuis lors, des personnes à l'intérieur du Tibet ont exprimé leur profonde résistance contre la politique chinoise du Tibet à travers de nombreuses manifestations pacifiques. Il est clair que des questions telles que la réincarnation de Sa Sainteté le Dalaï Lama, la dégradation de l'écosystème du Tibet, l'urbanisation rapide des zones rurales tibétaines ont un impact direct sur le monde entier. Par conséquent, nous publions cette publication en trois langues pour présenter la situation actuelle du Tibet sous la domination chinoise et partager notre position sur ces questions afin d'attirer l'attention internationale et de susciter un discours public sur la meilleure façon de résoudre la question tibétaine. A travers l'Approche de la Voie du milieu."
Mme Jaya Jaitly a rappelé l'époque où George Fernandes, ancien ministre de la Défense de l'Inde et fidèle partisan du Tibet, a organisé la première conférence internationale sur le Tibet en août 1989. "J'aimerais que l'Inde ouvre la porte aux Tibétains, notre Pays va ouvrir votre porte pour vous d'abord", a-t-elle dit.
Le rapport complet sur le Tibet a reçu une réception enthousiaste de la part du public présent, qui comprenait des amis du Tibet, chercheurs, hommes politiques, universitaires et journalistes.
"Le rapport, particulièrement l'esprit dans lequel il est écrit, est étonnamment pertinent aujourd'hui et doit attirer l'attention du monde sur l'occupation du Tibet et sur les efforts répétés de l'Administration tibétaine pour résoudre la question", a déclaré Lobsang Yangtso, PhD, JNU.  "L'approche non violente et pacifique de la réconciliation avec les envahisseurs du Tibet par le peuple tibétain, basée sur l'approche de la Voie du milieu, est exemplaire et éclairante", a-t-elle ajouté.

DECLARATION DU PREMIER MINISTRE(SIKYONG) DU GOUVERNEMENT TIBETAIN EN EXIL, MR LOBSANG SANGAY

Cliquez pour agrandir l'image
Photo  prise sur le web
Nous commémorons aujourd'hui le 57ème anniversaire du soulèvement pacifique de 1959 contre l'invasion chinoise et l'occupation du Tibet. En cette occasion, mes collègues du gouvernement et moi-même voudrions rendre hommage et prier pour tous ces braves hommes et femmes qui ont donné leur vie pour la juste cause du Tibet. Nous voulons exprimer notre solidarité à tous ceux qui continuent à souffrir de la répression sous le régime chinois.
Cela dure depuis maintenant des décennies et le Tibet est toujours sous contrôle chinois. Les Tibétains ont réussi à maintenir leur identité et leurs valeurs culturelles en dépit de conditions de vie extrêmement difficiles. Les nouvelles générations, s'inspirant des sacrifices accomplis par leurs aînés, ont pris la responsabilité de se battre pour la cause tibétaine. Le courage et la conviction de nos frères au Tibet méritent nos louanges et notre admiration.
Le gouvernement chinois répète indéfiniment que le bonheur et la prospérité règnent dans ce nouveau Tibet mais la vérité est toute autre. Dans tous les lieux habités par des Tibétains, ceux-ci sont privés de droits fondamentaux et sont maintenus sous stricte surveillance. Ceci est encore plus probant si l'on prend en compte les interdictions de voyage et de déplacements imposés aux Tibétains.
Je me tiens devant vous afin de vous informer que la situation au Tibet est sinistre. Le peuple tibétain continue d'être privé de ses droits fondamentaux et quiconque fait référence à la liberté de culte est souvent condamné sous prétexte politique et puni de façon très dure. La possession même d'une image de Sa Sainteté le Dalaï-Lama est passible d'arrestation et de peine de prison. Les dépositaires de la culture bouddhiste sont étroitement surveillés, moines et nonnes risquent l'expulsion de leur monastère pour « non-dénonciation » de leur chef spirituel. En ce moment, les Tibétains vivants dans la « Région Autonome du Tibet » ainsi que ceux des autres régions sont soumis à un durcissement de la situation. Cette réalité est corroborée par les organisations humanitaires. Le rapport de la « Freedom House » en 2016 a inscrit le Tibet comme le second pays du monde en matière de privation de liberté. Quant à Human Rights Watch, il rapporte qu'un programme d'intense surveillance est appliqué à tous les villages au Tibet. Le Parlement européen, dans son rapport sur les relations UE-Chine de décembre 2015, a clairement exprimé son inquiétude quant au manque de liberté de culte et de liberté de déplacement au Tibet. Le peuple tibétain dans son ensemble vit donc dans la peur et l'insécurité.
Ces derniers temps, le traitement des minorités nationales par les autorités chinoises, y compris le peuple tibétain, souffrent de désintérêt et d'aliénation. L'action des Chinois en ce qui concerne la possession et la direction de l'hôtel de Rebkong (ch Tongren) dans la Province du Quinghai rencontre une forte opposition et des protestations quand il bannit les employés qui parlent tibétain. Le 22 décembre 2015, un dirigeant ethnique reconnu a exprimé son inquiétude quant à la prédominance de la discrimination lors d'un meeting durant lequel il a fait référence au fait que certaines personnes aux racines ethniques souffraient de discrimination et même de rejet dans certains services. Il a rapporté que ces problèmes en généraient d'autres, sociaux ceux-là, ainsi que de fortes réactions politiques dans les régions « ethniques ». Comme la politique du gouvernement chinois en général, les remarques de certains dirigeants, notamment comme ceux qui ont qualifié un groupe ethnique dans son ensemble de « séparatistes », ont les mêmes effets. De telles remarques ont soulevé de vives réactions de la part d'universitaires et d'intellectuels qui y ont répondu par des écrits virulents.
Les environnementalistes et les scientifiques ont reconnu l'importance du plateau tibétain comme le troisième réservoir de glace et la source de dix des fleuves qui alimentent les pays environnants. Il faut répéter que le prélèvement forcené des ressources naturelles du Tibet, sa déforestation implacable, la construction de barrages, le retrait des glaciers etc ont sans aucun doute causé des dommages irréparables à son environnement qui, à son tour, affecte tout l'environnement du continent asiatique. Constatant l'impérieuse nécessité de protéger l'environnement du Tibet, nous avons constamment soulevé ce problème lors de conférences internationales sur les changements climatiques. L'année dernière, l'Administration Centrale Tibétaine a présenté, lors de la COP21 à Paris, un réquisitoire accompagné d'un plan en 10 points, expliquant en quoi le plateau tibétain concernait le monde entier et appelé le gouvernement chinois et la communauté internationale à prendre des mesures immédiates afin de le protéger.
Nous, le Kashag (cabinet des ministres) de l'Administration Centrale Tibétaine, pensons que le long conflit au Tibet et sa résolution ne peuvent être obtenus que dans un face-à-face entre les représentants de Sa Sainteté le Dalaï-lama et le gouvernement chinois. Nous confirmons être toujours en accord total avec la Voie Médiane qui demande une réelle autonomie pour le peuple tibétain. Cette Voie Médiane ne demande en aucun cas la séparation du Tibet d'avec la Chine. En fait, notre position est claire et connue des autorités chinoises concernées. Espérons que les dirigeants à Pékin reconnaîtront cette approche au lieu de la déformer et qu'ils feront un pas pour engager le dialogue avec les représentants de Sa Sainteté le Dalaï Lama.
À ce sujet, le Président Barak Obama, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Président Xi Jinping à Rose Garden le 25 Septembre 2015, a dit : « Nous continuons d'encourager les autorités chinoises à préserver l'identité culturelle et religieuse du peuple tibétain et à entrer en relation avec le Dalaï Lama ou ses représentants. La préoccupation et le soutien du gouvernement Américain ont été amplement démontrés par les visites à la communauté tibétaine en Inde de Mme Sarah Sewall, coordinatrice spéciale pour les questions tibétaines et sous-secrétaire à la sécurité civile, à la démocratie et aux Droits de l'Homme du Département d'État. Le Kashag remercie profondément les États-Unis de son soutien et de sa solidarité car il apporte espoir et courage au peuple tibétain.
La Chine revendique le droit d'identifier la réincarnation du chef spirituel tibétain. C'est un mensonge flagrant car elle est basée sur une histoire falsifiée. Le pouvoir et l'autorité aptes à décider de la réincarnation du Bouddha de Compassion, protecteur du Tibet et sauveur incarné dans un corps humain est l'apanage du seul Dalaï-lama. Personne d'autre que lui n'en a le droit. Concernant la reconnaissance de la réincarnation, Sa Sainteté le Dalaï-lama a clairement indiqué la marche à suivre dans sa déclaration du 24 Septembre 2011 : « Quand j'atteindrai 90 ans, je consulterai des grands lamas (maîtres) de la tradition bouddhiste tibétaine, le peuple tibétain et d'autres personnes concernées qui suivent la voie du bouddhisme tibétain. Nous déciderons alors si l'institution des Dalaï-lamas doit continuer ou pas sur ces bases. S'il est décidé que la réincarnation du Dalaï-lama doit continuer et qu'un XVèmeDalaï Lama est nécessaire, la responsabilité en incombera au personnel du Dalaï Lama de la fondation Gaden Phodrang. Ils devront consulter les chefs de la tradition bouddhiste tibétaine ainsi que les protecteurs du Dharma qui ont prêté serment et sont inséparables de la lignée des Dalaï Lamas. Ils devront chercher conseil auprès de ces derniers et mener les procédures de recherche et de reconnaissance en accord avec la tradition passée. Je laisserai des instructions claires à ce sujet. Gardez à l'esprit que, hormis la réincarnation reconnue par cette démarche légitime, aucune réincarnation ou acceptation ne doit être donnée à un candidat choisi pour des raisons politiques par qui que ce soit, y compris la RPC ».
Nous avons vraiment été transportés de joie de voir le profond respect, la révérence et l'enthousiasme avec lesquels les Tibétains de l'intérieur et de l'extérieur du Tibet, les amis et sympathisants dans le monde entier ont célébré les 80 ans de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Le plus récent et le plus important des événements à eu lieu à Delhi en présence de l'ancien Premier Ministre, le Dr. Manmohan Singh, l'ancien député Premier Ministre Shri L. J. Advani, les anciens ministres Dr. Karan Singh, Dr. P. Chidambaram et d'autres éminentes personnalités représentants le peuple indien. À cette occasion, le Dr. Manmohan Singh a fait référence au Dalaï Lama en l'appelant avec révérence « le don de Dieu au monde ».

Les actions multiples ou les réalisations de Sa Sainteté le grand XIVème Dalaï Lama ne sont pas mentionnées car elles sont connues du monde entier. Cependant, à une période où le bouddhisme traverse une période difficile, les fidèles soutiens et les pratiquants du bouddhisme devraient être pleins de reconnaissance pour la précieuse occasion qui leur est donnée de recevoir l'enseignement des 18 grandes étapes du chemin vers l'éveil (lamrim), enseignement prodigué de façon méticuleuse et efficace par Sa Sainteté le Dalaï Lama ces dernières années. Un tel exploit est sans précédent dans toute l'histoire du Tibet et qui doit y être gravé en lettres d'or. Nous sommes heureux de partager avec vous l'excellente nouvelle du retour prochain de Sa Sainteté le Dalaï Lama à Dharamsala après avoir suivi un traitement médical avec succès aux États-Unis.

Après la transmission du pouvoir politique et administrative aux élus, le 14ème Kashag, dirigé par moi-même, arrive à son terme. Des efforts concrets ont été formulés afin d'accroître la  sensibilisation internationale et soutien pour le Tibet, d'apporter des améliorations dans l'éducation des enfants tibétains et à la stabilité des camps de réfugiés, entre autres. La décision de décerner le « Geshema Degree » aux nonnes est une décision historique. Nous avons assisté à une réaction extraordinaire lors de notre appel pour aider les victimes du séisme au Népal, qui mérite la reconnaissance et l'appréciation. Le Kashag voudrait remercier et exprimer sa profonde reconnaissance à Sa Sainteté le Dalaï Lama pour ses inestimables paroles de sagesse et ses conseils avisés. Nous remercions également de tout notre cœur le peuple tibétain de l'intérieur et de l'extérieur du Tibet qui, à de nombreuses reprises nous a exprimé son soutien.
Le peuple tibétain en exil suit le chemin de la démocratie et a montré un intérêt constant et activement participé à la procédure électorale. Bientôt se tiendra le dernier tour de l'élection du Sikyong ainsi que des membres du Parlement tibétain en exil. Les électeurs sont donc encouragés à participer à cette élection de façon à exercer leurs droits démocratiques, comme spécifié dans la « charte des Tibétains en exil ».

Le Kashag voudrait à cette occasion pour rappeler la bonté des dirigeants des diverses nations qui chérissent la justice, les parlementaires, les intellectuels, les universitaires, les organisations des  Droits de l'Homme et les groupes de soutiens au Tibet, qui sont restés fermes dans leur soutien au peuple tibétain. Nous nous souviendrons notamment toujours de la bonté et du soutien incessants du peuple et du gouvernement de la République de l'Inde et les gouvernements d'Etats qui nous ont aidés à préserver et promouvoir notre religion et notre culture, tout en se préoccupant du bien-être de notre peuple en exil. Nous offrons notre profonde gratitude à tous ceux-là.

Finalement, nous prions pour la longue vie et la santé de notre estimé dirigeant Sa Sainteté le Dalaï Lama. Puissent tous ses voeux être exaucés. Puissions-nous parvenir à une immédiate résolution du problème tibétain et surtout, puissent les Tibétains à l'intérieur du Tibet et en dehors se réunir rapidement.


SIKYONG


Note : C'est une traduction de la déclaration en Tibétain. Veuillez traiter la version tibétaine comme définitive et faisant autorité

14 mars 2016

TIBET POST INTERNATIONAL

http://12mars.rsf.org/2015-fr/tag/tibet-post-international/
Remercions Reporter Sans Frontière qui a réussi à débloquer la censure exercée par le gouvernement chinois sur le site Tibet Post International (ainsi que les censures exercées par des régimes autoritaires sur 9 autres sites dans le monde)   

SOUTENEZ LE TIBET, PEUPLE DESESPERE



extrait de AVAAZ.org

" Les Tibétains qui refusent de hisser le drapeau chinois sur leurs maisons risquent d'être brutalisés ou tués. Voilà la dernière trouvaille de la Chine pour briser la résistance tibétaine. Mais cette semaine, nous avons la meilleure chance depuis des années de redonner espoir aux Tibétains, un peuple fier mais désespéré.

Les dirigeants chinois ont lancé une campagne de grande envergure visant à dissimuler leurs violations aux droits de l'Homme et à convaincre les autres gouvernements de voter en faveur de la Chine pour son élection au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. Si nous sommes assez nombreux à dévoiler à la face du monde ce qui se passe au Tibet – une religion ancienne écrasée, des journalistes censurés, des arrestations au petit matin – nous pourrons convaincre la Chine de la nécessité de revenir sur sa politique d'oppression pour s'assurer l'obtention des 97 voix nécessaires à son élection.

Montrons aux Tibétains que le monde ne les oublie pas. La Chine est actuellement sous pression: 13 pays viennent de l'interpeller sur ses violations des droits humains au Tibet. Signez pour soutenir le Tibet et envoyez ce texte à tous vos proches. Lorsque nous atteindrons un million de signatures, nous remettrons cette pétition à aux délégations-clés de l'ONU et créerons une vraie déferlante médiatique."
PETITION

Mr XI JIMPING: METTEZ FIN A L'OCCUPATION DU TIBET

jeudi 4 octobre 2012, 11:58






Cliquez sur le bandeau
LE TIBET/ UN DEFI POURXI JIMPING
dimanche 30 mars 2008, 10:37

Lu sur Tibet-info.net:mars 2008 par Redaction Tibet Info (JMB)
A cette occasion, nous allons dénoncer le traitement dégradé du peuple tibétain et les violations systématiques et aggravées des droits de l'homme commises par la Chine populaire.
La Chine a massacré un million deux cent mille tibétains, et ce qui se passe actuellement sous nos yeux au Tibet n'est rien d'autre qu'un génocide. Ce même gouvernement réprime aussi ceux qui ne font que réclamer la démocratie en Chine.

Par ailleurs, la Chine exerce une influence idéologique sur le Parti communiste vietnamien pour étouffer les voix réclamant la démocratie au Vietnam et elle brandit des menaces d'invasion contre Taiwan. Désormais les militaires chinois mènent des intrusions sur le sol du Népal. La Chine occupe illégalement le Tibet mais aussi le Turkestan oriental (ch. : Xinjiang) et une partie de la Mongolie.

Les récentes répressions militaires chinoises à l'encontre des manifestants pacifiques de la population civile tibétaine témoignent de l'incompatibilité avec les valeurs des Jeux Olympiques. D'autant plus que la Chine s'était engagée devant le Comité international olympique à respecter les droits fondamentaux et la liberté d'expression en Chine et au Tibet. Pourtant, la gestion de la crise au Tibet a prouvé le contraire. La Chine populaire n'inspire plus la confiance et le respect de la Communauté internationale, encore moins chez les insoumis.

Empêchons une autre extermination de tout un peuple et de la Nation tibétaine en tirant les leçons du sort des millions des juifs d'Europe pendant la Seconde guerre mondiale. Les Tibétains vivent ainsi la situation actuelle.
Cet appel est lancé par l'ensemble des Communautés suivantes : Birmane, Chinoise, Taiwanaise, Tibétaine, Turkestane, Vietnamienne et COBOP.
Source : www.tibetan.fr


Cliquez pour agrandir l'image












Cliquez pour agrandir l'image
Flag of the Chushi Gangdrug, the Tibetan  Resistance
Drapeau de la résistance armée tibétaine (1950-1974)
cliquez sur le bouton du bas

manifestations dans le monde

cliquez sur le bouton du bas
cliquez sur le bouton du bas

Le Dalaï-Lama à Genève; Pékin veut censurer 

Pékin veut censurer
TENZING GYATSO, 14ème DALAÏ-LAMA
photo issue du Web

Quelques personnalités soutenant le Tibet

cliquez sur le bouton du bas



 pétition internationale



Cliquez pour agrandir l'image
Chanson "la Tibétaine" d'Yves Duteil.


Site web créé avec Lauyan TOWebCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSDernière mise à jour : jeudi 12 octobre 2017